S.´.A.C.C.R.O.C.H.E.R . À . U.N.E . P.A.I.L.L.E

LASSITUDE D´HÔTELS

Cocktail_UKP.png

La lassitude d’hôtels tapisse les aubes des couloirs étroits

Les coursiers liquident l’ardoise des putains du bar

Des doigts mollusques ébauchent des nuages étoilés de cocaïne sur le miroir

La courte paille a tiré sa révérence

Le tapotement révélateur de la dernière cigarette

Annonce l’heure au fond du paquet, tandis que la sueur du whisky

Git comme une armure abandonnée sur un lit défait

Et une envie familière rampe dans sa tête

Et le seul signe de vie est le tic-tac du stylo

Qui présente à ses souvenirs des personnages comme de vieux amis

Frénétique comme un cardiographe qui rature ses tracés

Une fièvre de confession, un catalogue de crimes pendant la “Happy Hour”

Est-ce que tu pleures, est-ce que tu te caches pendant la “Happy Hour”

Un pèlerinage à la “Happy Hour”

Des ombres nouvelles le tiraillent au coin de l’œil

Se bousculent pour attirer l’attention alors que la lumière du soleil éclate

À travers la déchirure du rideau, mêlant ses rayons

Dans l'attente nerveuse d’une nouvelle journée

(Station Thermale de Champney, Tring)

 

CERCLES CHAUDS ET HUMIDES

Cocktail_UKP.png

Sur les Promenades où les pochards demandent la main des mannequins de galeries

Là où les cérémonies s’arrêtent à la vitrine du bijoutier

Prétendant un silence décontracté lors de parenthèses amoureuses tendues

Jusqu’à ce qu’elles s’engagent pour rentrer en douce à la maison

Et le joueur de billard s’appuie sur une autre queue

Le héros de la nuit dernière récupère son dû

Une lune de miel jouée sur un ricochet

Elle dévore les prospectus de voyages

Il trouve un nom dans sa ville natale

Paye une nouvelle tournée à tous ses potes

Prend le monde à la légère jusqu’à ce que le barman essuie les cercles chauds et humides

Les cercles chauds et humides

J’ai vu des adolescentes criardes phalènes

Miteux papillons de la classe

Flirter à la lueur de cabines téléphoniques échouées.

Faire des projets de mariage en dentelle blanche avec des cœurs maculés et des déclarations symboliques

Fardés sur les toiles cisaillées du miroir avec du rouge à lèvres volé

Partageant des cigarettes en expertes avec leurs gloussantes jalouses confidentes

Elle trace fidèlement le nom de son promis de ses ongles rongés à vif

À travers les larmes de condensation qui glisseront dans la nuit

Tandis que le regard oblique du dernier bus donnera à l’adolescence le baiser d’adieu

 

Dans un cercle chaud et humide

Comme le baiser maternel sur ton premier chagrin d’amour, un cercle chaud et humide

Comme un impact de balle dans Central Park, un cercle chaud et humide

Et je m'abandonnerai toujours aux cercles chauds et humides

Elle se déshabilla nerveusement au milieu des faisceaux dansants du phare de Frida

Donnant tout avant qu’il ne soit trop tard

Elle laissera la langue d’un amant aller et venir dans un cercle chaud et humide

Donnant tout, sans honte

Elle recevra le baiser maternel sur son premier chagrin d’amour un cercle chaud et humide,

Elle admettra qu’elle a joué son rôle dans un cercle chaud et humide

C’était une alliance destinée à être retrouvée dans un hôtel miteux

Perdue dans un évier ou jetée dans un puit à souhaits

(the Quaterdeck, North Berwick)

 

CETTE HEURE DE LA NUIT

(La Courte Paille)

Cocktail_UKP.png

À cette heure de la nuit

Où les réverbères projettent des croix par les embrasures de fenêtres

La paranoïa rôde là où règnent les ombres

Oh, à cette heure de la nuit

À cette heure de la nuit

Tes sens embrouillés par quelque nouveau parfum

Déclencheurs de critique d’une pièce chargée

Oh, à cette heure de la nuit

Alors si tu me demandes ce que je ressens

Je pourrais te répondre en toute honnêteté qu’on a été embarqué dans un sacré voyage

Et si mes proprios me laissent un peu de temps libre un jour

Avec toutes les meilleures intentions du monde, je m’enfuirais probablement

En me raccrochant à la courte paille

À cette heure de la nuit

Où les questions se regroupent dans un esprit grand ouvert

Combinent toutes tes réponses avec le tintement des glaçons

À cette heure de la nuit

À cette heure de la nuit

Tu fais semblant d’avoir décroché au téléphone

La confiance en toi blessée dans une zone de tir

Oh, à cette heure de la nuit

Et si tu me demandes où je vais maintenant

Ma prochaine destination n’est pas si claire que ça

Et si tu me rejoins pour t’agenouiller et prier

Je te montrerai le Salut,

Nous choisirons l’autre solution

En nous raccrochant à la courte paille

Si j’avais assez de fric, je paierais un coup à ce garçon là-bas

Un compagnon de folie dans le miroir, celui aux cheveux argentés

Et si une âme compatissante pouvait, s’il vous plait, payer mon addition

Et tant qu’elle y est, si elle pouvait ramasser mon cœur brisé.


Des cercles chauds et humides

(Mayflower Hotel NYC, Wheatsheaf - Haywards Heath)

 

SOMBRER

Cocktail_UKP.png

Est-ce mal de parler à moi-même quand je suis seul

Je vérifie simplement que je n’ai pas sombré

Échoué sur le rivage comme un phoque résigné au massacre

Ne peux-tu pas comprendre que la façon dont les choses ont été planifiées

N’a jamais rien donné et je suis devenu fou

Je me suis mis à boire, une façon de dire "peut-être"

Je n’ai aucune excuse et ça, c’est nouveau

Je n’ai rien à ajouter, si ce n’est que j’suis comme ça, je l’ai toujours été

Je donne l’impression de m’enfuir si souvent

Je suis prêt à tout essayer et on devrait tous faire de même

Mais c’est toujours pareil, on se retrouve prisonnier d’une habitude

Une habitude dont je ne peux vraiment pas me défaire, ça s’est toujours fini ainsi

Peux-tu comprendre que c’est comme ça que j’ai choisi d’être

Tout semble si facile de cette manière mais je sombre, rapidement,

Je suis en train de m’éloigner

Suis-je fou à ce point ?

 

JUSTE POUR INFO

Cocktail_UKP.png

Bien des fois j’ai songé à changer mes habitudes

Mais quand je m’y mets, c’est toujours la même brume d’ivresse

Je purge une peine à écrire des peines à perpétuité

C’est seulement quand j’en suis sorti que je le comprends

Juste pour info, je vais le noter

Juste pour info, je vais changer de vie

Rien qu’un révolutionnaire sous un pseudonyme

Rien qu’un danseur de cabaret dans son dernier ballet

Rien qu’un écrivain de plus qui paye ses dettes

Juste pour trouver l’inspiration, c’est du moins mon excuse

Juste pour info, je vais le noter

Juste pour info, je vais changer de vie

Rien qu’un autre geste gratuit avec un verre vide

Rien qu’un acteur comique sous un masque tragique

Mais je n’ai aucune discipline, aucune maîtrise de moi

C’est juste un peu moins douloureux ici, quand je suis dos au mur

C’est trop tard, à mon avis, c’est trop loin, mon esprit est partagé

Les deux parts sont pleines au comptoir

Quand tu dis que j’ai un problème, c’est une certitude

Mais je mets tout ça sur le compte de l’excentricité

C’est juste pour info, rien qu’un moment passager

Juste pour info, j’arrête quand je veux

(Marquee Club, Londres)

 

WHITE RUSSIAN

Cocktail_UKP.png

Où allons-nous maintenant ?

Où allons-nous maintenant ? Où allons-nous maintenant ?

Où allons-nous maintenant ? Où allons-nous maintenant ?

Ils ont muré les synagogues, des Uzis au coin de la rue

On ne peut pas prendre de photos des Uzis au coin de la rue

Le DJ a démissionné aujourd’hui, ils ne le laisseraient pas s’exprimer

La surface rayée où jouent les aiguilles, des Uzis au coin de la rue

 

Où allons-nous maintenant ?
 

Terreur à la rue Saint-Denis, tuerie à la périphérie

Quelqu’un d’autre a été pris la main dans le sac,

Dieu sait que je ne sais pas comment arrêter ça

Des coquelicots sur le cénotaphe, même les cyniques n’osent en rire

Je l’ai appris par le Telegraph qu’il y a des Uzis au coin de la rue


Où allons-nous maintenant ? Où allons-nous maintenant ?
 

Plus j’en vois, plus j’en entends, moins je trouve de réponses

Je ferme mon esprit, je le crie, mais tu sais, ça devient de plus en plus difficile

De se calmer, d’y voir clair, d’accepter tout ça

Je suis sur les nerfs, j’dors plus la nuit, je ne peux pas faire semblant que tout va bien

Mes idéaux, ma raison, tous font mine de m’abandonner

Mais pour se dresser et lutter je sais que nous avons six millions de raisons

Ils incendient les synagogues, des Uzis au coin de la rue

Les hérauts de l'holocauste, des Uzis au coin de la rue

Le silence n’a jamais été aussi pesant, nous avons si vite oublié nos préceptes

Nous ne pouvons permettre cette résurrection, des Uzis au coin de la rue

 

​​Où allons-nous maintenant ? Où allons-nous maintenant ?
 

Nous achetons des bagels chauds à l’épicerie du coin

Où les aérosols ont craché des croix gammées

Je suis assis au bar en sirotant un White Russian

À essayer de trouver de la dope mais y’a personne qui deale

Et tout le monde se dévisage

Cherchant un signe et priant pour trouver une trace de conscience

Sommes-nous assis sur une clôture de barbelés

À renvoyer les nuages, à renvoyer les nuages

Nous faisons confiance aux droits de l‘homme

Aux guerres sur le papier qui étranglent la bureaucratie

Je sais que je préfèrerais être en dehors de ce complot

Dans les goulags et les camps de concentration, des visages gelés en rangs anonymes,

Je sais qu’ils préfèreraient être là, à mes côtés

À renvoyer les nuages, à renvoyer les nuages

Tu auras beau fermer les yeux, tu auras beau le cacher, ça reviendra un beau jour

Renvoyer les nuages, renvoyons-nous les nuages

Renvoyer les nuages

(Hilton, Vienne)

 

INCOMMUNICADO

Cocktail_UKP.png

Je serais très heureux de vous rencontrer si seulement je pouvais me rappeler de votre nom

Mais ma mémoire me joue des tours depuis que j’ai gagné au jeu de la célébrité

Je suis un citoyen de Legoland qui voyage incognito

Et je me fous des aficionados de Fleetstreet

Mais je ne veux pas être l’interview de la dernière page

Je ne veux pas de l’anonymat des lavomatics

Je veux les empreintes de mes mains sur Sunset Boulevard

Un mannequin chez Tussaud, tu verras


Incommunicado, incommunicado
 

Je suis un vétéran du Marquee, une authentique star multimédia

Je suis allergique au Perrier, à la lumière du jour et aux responsabilités

Je suis le cowboy sifflant et reluquant, le Peter Pan, la crédibilité de la rue

L’éternel éclaireur de la fraternité des aurores

Parfois, on dirait que je suis déjà venu ici

Quand j'entends une opportunité frapper à ma porte

Appelle ça la synchronicité ou le dèjà-vu

Je fais simplement confiance au destin, c’est ça que je choisis

Mais je ne veux pas être une boite de conserve attachée

Au pare-chocs d’une limousine de mariage

Ni résider aujourd’hui dans le fichier des "que sont-ils devenus"

Un postiche sur la scène du cabaret

Je veux faire des pubs pour les cartes American Express

Des talk-shows à la télé en prime-time

Une villa en France, mon propre bar à cocktails

Et c’est là que vous me trouverez


Incommunicado, incommunicado

Parfois, on dirait que je suis déjà venu ici

Quand j'entends une opportunité frapper à ma porte

Appelle ça la synchronicité ou le dèjà-vu

Je fais simplement confiance au destin, c’est ça que je choisis


Incommunicado, incommunicado
Il n’y a que ça de vrai

(Rainbow Room, Los Angeles ; St. Moritz Club, Londres)

 

LA BALLADE DE TORCH

Cocktail_UKP.png

J’ai lu un Kerouac et ça m’a mis sur la voie pour illuminer un peu plus ma vie

Ça parlait de feux d’artifice qui se meurent en crépitant, un coup de projecteur sur moi

J’ai découvert une étrange fascination pour une obsession liquide,

désormais l’alcool peut me faire vibrer

La partie est trop avancée pour montrer sa fierté ou sa honte

Ma vie est juste un peu plus belle, elle est un peu plus belle

Le docteur dit que mon foie fait mine de se tirer avec ma promise,

que je dois encore faire une pause

Comme tout héros tombant à zéro en se démarquant de la foule

À draguer des gamines de dix-sept ans avec mon expérience et mes rêves,

en guettant la "happy hour"

De cacher tes vingt-neuf ans, tu sais que ce n’est pas un crime

D’illuminer un peu plus sa vie, illuminer un peu plus sa vie


Dr Finlay : "À mon avis, si vous continuez ainsi, vous n'atteindrez pas 30 ans"

Torch : "Merde alors, c’est pourtant une manière bien romantique de disparaitre,

ça fait partie de notre patrimoine, c’est ta tournée, ‘s pas ?"

Nos vies sont juste un peu plus belles

J’ai lu un Kerouac et ça m’a mis sur la voie pour illuminer un peu plus ma vie

Ça parlait de feux d’artifice qui se meurent en crépitant, un coup de projecteur sur moi

J’ai découvert une étrange fascination pour une obsession liquide,

maintenant l’alcool me fait vibrer

La partie est trop avancée pour montrer sa fierté ou sa honte

Illuminer un peu plus sa vie, nos vies sont juste un peu plus belles

Nos vies sont juste un peu plus belles

(Virgin Airways, 747 - Aéroport de Newark Heathrow)

SLAINTE MHATH

Cocktail_UKP.png
 

Une main au-dessus d'une bougie dans une angoisse chargée de bravoure

Une trace de charbon tache la paume moite et tendue

Coincé par l’hésitation d'un autre menu raffiné

Et tu es assis là et tu me demandes de te raconter l'histoire depuis le début

Voici l'histoire

Brassant tes souvenirs en déchiffrant tes gribouillis dans la marge

Tu griffonnes tes poèmes sur un ou deux sous-bocks

Et quand tu annonces la chute d’une création inquiétante

Ils se retournent et tu leur racontes l'histoire depuis le début

Voici l'histoire

Et, la larme à l’œil, tu écoutes

Leurs espoirs et trahisons, et ta seule réponse

Est Slainte Mhath

Des princes en exil brandissant leur Drambuie comme étendard

Déballent leurs histoires de vieilles campagnes inlassablement

Retenant l’attention du public de leur dernière tournée

Nous sommes assis ici et nous écoutons toute l'histoire depuis le début

Voici l'histoire


C’est à vous, c’est à vous, c’est à vous
Emmenez-moi ailleurs, emmenez-moi ailleurs, emmenez-moi ailleurs

Loin du rêve des barbelés de Flandres et Bilston Glen

Loin des rives de la Clyde qui rouillent sous les larmes de ses hommes brisés

Loin de ces ouvrages dont nous avons été exclus

C'est de se tenir, comme nos pères avant nous, en première ligne

En attendant le coup de sifflet

Nous attendons ici le coup de sifflet

Ils nous ont promis des miracles, et le sifflet retentit encore

Des promesses non tenues mais le sifflet retentit encore

Nous attendons ici le coup de sifflet

(Oyster Bar, Edimbourg, County Bar, Dalkeith)

 

SOURIS EN SUCRE

Cocktail_UKP.png

Je zappais d’une chaîne à l’autre sur la télé
Un dimanche de pluie à Milwaukee
Essayant de reconstituer les conversations
Essayant de savoir sur qui rejeter la faute

Mais si on va au fond des choses, il ne sert à rien d'essayer de faire semblant
Car quand on va au bout des choses, il n'y a personne ici à blâmer
Reprochez-le moi, vous pouvez me le reprocher
Nous ne sommes que des souris en sucre sous la pluie

J'ai entendu Sinatra m'appeler à travers le plancher
Où vous payez vingt-cinq cents pour une compagnie en rime
Au juke-box qui pleure dans son coin
Pendant que la serveuse fait le décompte du temps

Car si on va au fond des choses, il ne sert à rien d'essayer de faire semblant
Car quand on va au bout des choses, il n'y a vraiment personne à blâmer
Reprochez-le moi, vous pouvez me le reprocher

Nous ne sommes que des souris en sucre sous la pluie

Parce qu’ je sais ce que je ressens, je sais ce que je veux, je sais qui je suis
Papa a changé d’avis
Parce qu’ je sais ce que je veux, je sais ce que je ressens, je sais ce qu’il me faut
Papa a changé d’avis, ton papa a remis ça à plus tard
Il n'y a personne d’autre ici à blâmer
Reprochez-le moi, Reprochez-le moi

Eh bien, la chose la plus difficile que j'aie jamais faite a été de parler aux gosses au téléphone
Quand je les ai entendus poser leurs questions, j’ai su que tu étais toute seule
Ne peux-tu pas comprendre que le gouvernement m'a laissé sans travail
Je ne pouvais simplement plus supporter les regards sur leurs visages disant : "quel con"

Donc si tu veux mon adresse c'est le numéro un au bout du comptoir
Où je suis assis avec les anges déchus accrochés aux pailles et soignant nos cicatrices
Reprochez-le moi, Reprochez-le moi,
Des souris en sucres sous la pluie,

Ton papa a remis ça à plus tard, ton papa a remis ça à plus tard

(Holiday Inn, Milwaukee)

 

LA COUPE EST PLEINE

Cocktail_UKP.png

La lassitude d’hôtels tapisse les aubes des couloirs étroits
Une machine à écrire caquette un flot de souvenirs
Asséchant une conscience, expulsant un cauchemar
Ouvrant la porte pour que les rêves reviennent

Nous vivons enfermés dans nos coquilles
Restons indifférents à notre raison et nous nous leurrons
À penser que là-bas, quelqu'un d'autre s’en soucie
Quelqu'un qui réponde à toutes nos prières

Sommes-nous allés trop loin, sommes-nous si irresponsables
N'avons-nous plus de couilles, ou nous nous en foutons tout simplement
Nous sommes des malades en phase terminale qui ne cessent de parler médecine
En prétendant que la fin n'est pas si proche

Nous faisons des gestes futiles, paradons devant les caméras
Avec nos visages maquillés et nos sourires préfabriqués
Et quand descendra l’ange, ici-bas pour nous délivrer
Nous découvrirons qu'après tout, nous ne sommes que des hommes de paille

Mais tout est toujours pareil
Nous passons notre temps à rejeter la faute sur les autres
Nous continuons comme d’habitude
Un jour, nous nous apercevrons d’avoir trop attendu pour exprimer ce que nous voulions dire

Juste quand tu pensais qu’il était plus sûr de se remettre à l’eau
Ces problèmes semblent découler de ceux auxquels tu n'as jamais vraiment pensé
Ce que tu ressens est similaire à la noyade
Perdant la raison, tu as perdu pieds, tu aurais dû sonder le fond
S’accrocher à une paille, nous nous accrochons aux pailles

Et si jamais tu tombes sur nous, nous ne voulons pas de ta pitié
Tu peux nous payer un verre et juste nous serrer la main
Et au reflet de nos yeux, tu admettras
Qu’au fond, nous sommes tous les mêmes

Nous nous accrochons aux pailles, et continuons de nous noyer

Nous nous accrochons aux pailles, et continuons de nous noyer
Je m’accroche à une paille, et continue de me noyer

(Greyhound Tour Bus, Amérique du Nord)

 

FIN HEUREUSE

Cocktail_UKP.png

Non ! (rires...)

(St. Peter's Arms)

 

Si, lorsque les acteurs sont en scène, un homme s’avisait de leur arracher leur costume et leur masque,

pour les montrer au naturel, ne gâterait-il pas tout, et ne mériterait-il pas d'être chassé à coups de pierre, comme un furieux ? ... Maintenant, qu'est-ce que la vie des mortels, sinon une comédie dans laquelle

les acteurs, cachés sous leurs costumes et leurs masques, jouent chacun leur rôle, jusqu'à ce que

le régisseur leur fasse quitter la scène ? D’ailleurs, celui-ci, confie au même acteur des rôles fort divers,

et tel qui revêtait la pourpre royale reparaît sous les loques de l’esclave.

Tout est déguisement, c´est ainsi que se joue la farce.

rasme, Éloge de la Folie)

Cocktail_UKP.png

Créé avec Wix.com