NOTES

 

(1) ALCOHOLIC ALPHABET : Ce sont probablement les lettres gravées au fond des bouteilles
avec la promesse qu’il y a toujours la lumière au fond de la bouteille…

(2) HORIZONTAL AIM : En américain, "Horizontal conversation" c’est avoir une relation sexuelle.
(3) A MARQUEE OF PROMISES : Une référence au Marquee Club, le repère d’ivrognes préféré de FISH, mais aussi une des plus célèbres salles de concert de Londres où MARILLION a fait des concerts mémorables.
(4) WORK EXTENSION : Sa quête est presque devenue un second métier à plein temps.
(5) THE FOOTMAN MEMORISED THE NUMBER… : Dans l’imaginaire des Contes, l’humble domestique a mémorisé la pointure des escarpins qui iraient à Cendrillon, mais le Prince les a

en sa possession, mais aussi toutes les choses pour la conquérir. Et elle n’abandonnerait pour rien au monde le confort et la richesse du Prince pour sa vie de poète débauché.
(6) WELCOME BACK TO THE CIRCUS : Ses échecs répétés le ramènent au comptoir du bar
à chasser des greluches.

(7) I ALWAYS USE THE CUE SHEETS BUT NEVER THE NETS : Il a besoin d’une invite quand il veut se lancer, mais ne se soucie pas de l’échec, il a toujours survécu sans filet de protection…

 

Lady Nina fait figure de curiosité dans la discographie de MARILLION. D'abord, elle ne figure sur aucun album officiel mais en face B du Single Kayleigh. Mais surtout, cette chanson est le fruit d'un pur concours de circonstances. Composée en 1985, lors de la période Misplaced Childhood, Lady Nina provient d'un pattern de boîte à rythme que Ian Mosley aimait à faire tourner en boucle aux Hansa Studios de Berlin. Sur ces entrefaites arrive le sémillant Mark Kelly qui aligne quelques nappes aériennes, Steve Rothery qui se fend d'un solo inspiré et voilà Nina qui prend vie. Le groupe n'avait jusqu'alors jamais procédé ainsi pour accoucher d'une chanson, privilégiant habituellement le couple synthé-guitare comme base de travail.

La dame est cependant l'enfant bien pensé des explorations fishiennes en milieu berlinois. Il nous conte ainsi l'histoire d'une prostituée allemande.

Dans la première partie du texte, FISH décrit la vie professionnelle et affective de son personnage, souvent avec compassion. L'actrice marchande de rêves ("One night you play Elizabeth Taylor, the next night you're Marylin Monroe"), la femme vivant des amours factices ("forever kissing frogs that think they're princes" dont on reconnait au passage une image qui était déjà présente dans Script...) et l'épouse ("your husbands picks you up at six"), toutes font partie intégrante de Lady Nina.

Le thème du héros (en l'occurence de l'héroine) aux facettes aussi multiples que contradictoire revient très souvent dans ses paroles, mais on peut toujours y noter une pudeur de bon aloi. Ici le texte émeut justement en raison du profond respect qui en émane. FISH l'exprime notamment en usant du titre de "Lady", et réhabilite, en quelque sorte, la condition sociale des filles de joie qui souffrent plus qu'elles ne jouissent au quotidien ("the make-up hides the bruises and the tears") pour simplement gagner leur vie ("it's the only way you ever known to make your Marks"). Le leitmotiv de la chanson porte d'ailleurs sur la motivation lucrative prédominante de ce "métier".

"You made your Marks" sert de refrain et le Mark rappelle que l'histoire se passe en Allemagne.

La nécessité excuse le don (de soi) contre nature. On ressent le soucis de possession qui pour Nina, se résume à la beauté ("Your beauty is the only thing you ever owned").

Le second volet du texte porte davantage sur le comportement du "client", l'autre protagoniste des étreintes furtives. On retrouve ainsi le personnage du bon samaritain romantique qui aimerait tant sortir la prostituée de son guépier ("Lady Nina, I'd like to take you home with me"). Mais le pauvre bougre n'ose pas franchir le pas, coince entre sa famille ("but I love my wife and I love my family"), son travail ("I gotta good job, responsabilities") et surtout le regard omniprésent des autres ("and I need to keep respect from society"). Finalement, malgré tous les sentiments présents ("I know you never act with me, I know that you're in love with me"), deux existences reprennent leur cours séparément... L'épilogue de la chanson ressemble à une photographie : sur le trottoir d'un quartier populaire (l'allusion à Edith Piaf : "and Edith Piaf sings a lullaby for the night"), Lady Nina is just making Marks.

Une belle analyse de Bruno Deltombe parue dans le BLUE ANGEL N°14 de l'été 1992.

​​(1) you've made your marks : Jeu de mot entre Deutsche Mark et marques (dans le sens s'illustrer, laisser son empreinte). Tu as faits tes gains (Deutsche Mark) / Tu t'es illustrée...
(2) Ich liebe dich, liebst du mich : En français "Je t'aime, est-ce que tu m'aimes ?".

 
 

FISH a dit lors d’un entretien avec The Company USA en janvier 1998 :

"Quand je vivais à Aylesbury, j’avais l’habitude de rencontrer ces gars-là et ils étaient tous un peu bizarres. Ils étaient tous en fauteuil roulant, c’étaient des victimes d’accidents de moto, de trucs similaires, ou des éclopés de la vie, et nous avions l'habitude de prendre beaucoup d’'acide ensemble, et les gars étaient fortement accro au speed et au shit.

J'avais l'habitude de descendre assez souvent dans leur appartement et nous nous asseyions juste pour se faire un trip et planer. C'était au cours d’une nuit où nous étions tous assis là en train de prendre notre pied, avec tous ces mecs en fauteuil roulant, dont beaucoup de types bizarres avec leurs merdes à gérer, et l’un d’eux s’est retourné et a dit : "Tous les meilleurs monstres sont ici !".

Je me suis dit : c’est une super réplique et c'est de là qu'elle vient.

C'est juste ce sentiment que parfois, quand vous êtes dans un groupe, je pense, quand la renommée vous tombe dessus, c'est une des choses que vous ressentez, que tout le monde vous regarde.

Et que vous ne faites pas partie de ce qu'ils sont, vous ne vous identifiez pas à leur vie de tous les jours. Et c'est un peu comme être en tournée, d'une manière générale."

Les fans de Marillion choisissent souvent de se décrire comme des "Freaks".

TUX ON

 

(1) Tux on : "Tux" est l'abréviation de Tuxedo, le costume masculin traditionnellement porté avec un nœud papillon pour des fonctions importantes.
(2) Bingo : Le bingo est un jeu typiquement britannique. Chaque participant reçoit une grille de numéros tirés au sort, de 1 à 99. Les boules numérotées sont tirées de la loterie d'une machine, et toute personne possédant le numéro correspondant la raye. Le but est de rayer tous vos numéros avant tout le monde. Il est traditionnellement considéré comme un loisir de la classe ouvrière, principalement pour les femmes âgées, mais avec l'apparition de gains plus importants, son attrait s'est élargi.
(3) The match was rained off Saturday but the panel came in bright :

Les britanniques ont un jeu appelé Football Pools. C'est un jeu qui n'aurait pu être inventé qu'au Royaume-Uni, car pour gagner il faut des équipes de football qui ne gagnent pas ! En gros, les règles sont les suivantes : vous sélectionnez 10 matchs de football au Royaume-Uni qui vont se terminer par des matchs nuls (1-1, 2-2, ...) et entrez un code pour chacun sur un formulaire. Vous pouvez avoir jusqu'à 4 lignes de 10, chaque ligne coûtant une certaine somme. Des points sont attribués pour chaque match. En plus des matchs nuls (3 points), vous gagnez 2 points pour un match nul 0-0 et 1 point pour une victoire à domicile ou à l'extérieur.

Vous avez besoin d'environ 17 points pour gagner, mais cela peut changer en fonction des résultats du week-end. Si un match est reporté, un panel d'experts décide du résultat probable du match s'il avait eu lieu. Ainsi, dans la chanson, bien que le match ait été annulé en raison du mauvais temps, le panel de ce loto sportif a décidé que le match aurait été un match nul, et le personnage principal a remporté une somme considérable.
(4) Burning all your credit cards (...) new-found friends : Un trait commun à une foule de célébrités est de sniffer de la cocaïne dans les toilettes. La coke est souvent coupée en lignes à l'aide d'une carte de crédit.
(5) tenement : C'est un immeuble d'habitations. Très souvent, ces immeubles sont détenus et gérés par la municipalité.

 

Créé avec Wix.com