Dans les coulisses de

Clutching At Straws

 

Par Dave Everley, 23 mai 2017

PROG N°77

Cela fait 30 ans que le dernier album de Marillion avec Fish est sorti, et ce fut un voyage tumultueux pour toutes les personnes impliquées. Prog raconte la véritable histoire de la création de Clutching At Straws.

Le Freilichtbühne Loreley est l’un des lieux culturels les plus célèbres du monde. Perché sur la Loreley, un rocher de 400 pieds surplombant les gorges du Rhin en Allemagne, cet amphithéâtre en plein air a été construit par les nazis comme une Thingplatz - une vitrine pour le Troisième Reich afin de mettre en scène des représentations de propagande à peine déguisées en drame.

Des mythes plus anciens entourent la Loreley. Selon le folklore local, c'était la maison d'une sirène qui attirait les navires de passage sur les rochers en contrebas. Cette légende macabre a influencé le monde de la musique, du compositeur allemand Felix Mendelssohn à Wishbone Ash.

La cohésion du groupe semble avoir disparue : Fish (à gauche) et Pete Trewavas en 1988 alors que le groupe commençait à s'effondrer (Crédit d’image : Steve Rothery)

Le 18 juillet 1987, Marillion est arrivé à Loreley pour l'une de ses plus grandes têtes d’affiche. Deux ans depuis la sortie de Misplaced Childhood, l'album qui a fait de ce groupe de prog démodé les stars de la pop les plus improbables de la décennie.

Mais le succès a entraîné des problèmes inattendus. Les constantes demandes de tournées font des ravages et l’esprit de groupe qui les animait à l'origine était en train de se fissurer. Cette turbulence a été saisie sur le dernier album du groupe, Clutching At Straws, un instantané d’un groupe qui lutte pour garder la tête hors de l’eau. Avec son personnage central, Torch, le chanteur Fish a mis à nu sa propre agitation intérieure.

Les 20000 fans réunis à Loreley pour les voir ne le savaient probablement pas, mais la tempête couvait au sein de Marillion. Dans les coulisses, le groupe s'était divisé en deux camps : Fish d'un côté, le reste du groupe de l'autre.

"La situation était très calamiteuse", déclare aujourd'hui le guitariste Steve Rothery. "Si vous regardez la vidéo Live From Loreley, vous pouvez constater l'ambiance. La cohésion avait disparu. Vous pouvez le mettre sur le compte de beaucoup de choses, vous pouvez pointer du doigt certaines personnes qui gravitaient autour du groupe et aggravaient le problème en chuchotant dans le dos. Mais quelle qu'en soit la raison, il a atteint une masse critique. Il y avait quelque chose de fondamentalement faux dans la façon dont les choses se passaient."

Leur carrière ne s’est pas écrasée sur les rochers de Loreley, mais elle tanguait dangereusement. En moins de 18 mois, la période Fish s'était terminée par une fin amère, laissant dans son sillage une épave d'amitiés brisées. Au cœur de tout cela se trouvait Clutching At Straws - le chef-d'œuvre sombre de Marillion.

"Clutching At Straws  est un album brillant", déclare Fish. "Je le préfère à Misplaced Childhood. Il est très honnête, très ouvert, au point où vous vous dites : Putain de merde…"

"Je ressens moins de bienveillance envers cet album que pour Misplaced Childhood", déclare le claviériste Mark Kelly. "Mais je sais que certaines personnes l’aiment vraiment."

"C’est un album étrange, Clutching", dit Rothery. "C’est un album très puissant dans la mesure où il contient certains de nos meilleurs morceaux. Mais vous pouvez également voir les lignes de fracture."

Période Clutching At Straws : les fissures commençaient déjà à apparaître (Crédit d’image : Marillion avec l'aimable autorisation de Mark Wilkinson)

Rétrospectivement, leur quatrième album est l'une des rares choses sur laquelle les membres du groupe sont en désaccord - surprenant, compte tenu des circonstances qui l'ont entouré et du résultat final. Sur la plupart des autres points, ils sont étonnamment d’accord, mais avec des visions individuelles nettement différentes. Il est certain que les cinq membres attribuent la source de leurs problèmes au programme de tournées incessant qui leur est imposé par leur manager, John Arnison.

"Juste au moment où l’on pensait qu’on en avait fini, il y avait une autre putain de série de concerts programmés", dit Fish. "On nous a pressé comme des citrons avec Misplaced. C'était comme au cirque. Ça chante et ça danse, mais quand tu sors de la tente, il n’y a que des animaux galeux et de la merde. La plupart du temps, j'étais épuisé physiquement et mentalement."

"Je pense que Fish a probablement ressenti la pression plus que quiconque", déclare le bassiste Peter Trewavas. "Si vous êtes la personne à qui tout le monde veut parler, alors les contraintes de temps sont trop grandes. Nous aurions peut-être dû être un peu plus compréhensifs à ce sujet. Mais quand les choses sont lancées, c'est comme être pris dans un manège."

Le chanteur admet qu'il faisait la fiesta, en partie pour se libérer de la routine sans fin. Ses excès ont été exploités avec joie par la presse, qui aimait ses rock stars plus grandes que nature et, de préférence, toujours là avec un portefeuille bien garni.

"Il y avait beaucoup de personnes malsaines autour de nous et beaucoup de putains de drogues sous le nez, soyons ouverts et honnêtes là-dessus", dit Fish. "Les gens partent en tournée, ils sont fatigués et lessivés, ils ont besoin de quelque chose pour les booster pour le spectacle. Puis, tout à coup, vous avez terminé le concert et vous êtes toujours en train de vous doper. Vous êtes dans un éternel manque d'énergie."

Cercles chauds et humides : ce n’était pas que des moments difficiles… (Crédit d’image : Marillion avec l'aimable autorisation de Mark Wilkinson)

"C'est ce style de vie hédoniste qui a incité le chanteur à créer le personnage central de Clutching At Straws. Torch est censé être un écrivain souffrant du syndrome de la page blanche, une version plus ancienne et plus désillusionnée du fou du premier album de Marillion. À 29 ans, il a le même âge que son créateur. Il n’y a pas besoin d’être psychologue pour comprendre que Torch, comme le fou et le gamin de Misplaced Childhood, est Fish lui-même.

"J'ai créé le personnage de Torch comme une sorte d'alter ego", admet-il. "Je pense que c'était pour dissimuler certains excès dont je parlais dans les paroles. Parce que je me sentais coupable."

Le groupe avait besoin de vacances, mais la pause qui aurait pu améliorer leur situation et réparer des relations de plus en plus tendues n’a jamais eu lieu. À la place de cela, le groupe a été de nouveau entrainé dans le studio pour enregistrer une suite de Misplaced Childhood. EMI voulait rapidement un autre album à succès.

"La tournée nous a vraiment lessivés", déclare le batteur Ian Mosley. "Puis la réalité nous a rattrapés quand il a fallu écrire un autre album. Vous avez une page vierge devant vous et la maison de disques dit : Ce n’est pas encore prêt ?"

"Maintenant que nous étions en Premier League, le label ne voulait pas que nous nous transformions en putain de Leicester City", dit Fish.

Le groupe a commencé à travailler de vagues ébauches pour son quatrième album chez Steve Rothery à Wendover. Peter Trewavas se souvient avoir composé le début de la chanson d'ouverture Hotel Hobbies - "la trame sonore" dit-il - avant que le label ne paye pour que le groupe file dans un studio de répétition entre Londres et Brighton.

"Ils voulaient nous éloigner des clubs, des bars et des mauvaises influences", dit Fish. "On est allé là-bas, nous allions être de bons petits soldats et nous concentrer sur l'écriture d'un album. Et c'était tout simplement horrible. Tout le monde était à cran."

L’approche traditionnelle de Marillion en matière d’écriture consistait à créer des segments de chansons qu’ils reconstituaient ensuite comme un puzzle. Sauf, pour reprendre les mots de Fish, "Essayer d’assembler un puzzle avec un marteau."

"C'était un peu comme un Misplaced Childhood 2", reconnaît Steve Rothery. "Nous essayions de coller ensemble toutes ces pistes qui ne s’accordaient pas vraiment. Nous avons dû prendre du recul et réévaluer ce que nous faisions."

Cela est devenu clair lorsque Chris Kimsey, qui avait produit Misplaced Childhood et allait travailler sur le nouvel album, est arrivé avec le producteur du groupe, Hugh Stanley-Clarke, pour entendre ce que le groupe avait écrit. Ils n'ont pas été impressionnés.

"Leur réaction était : Est-ce tout ce que vous avez réussi à trouver ?", dit Fish. "Chris a dit : Je n’entends pas de putain de single là-dedans."

Il y avait une chanson qui s'est démarquée. Elle était le résultat d’une jam session épisodique du groupe après le pub et était portée par un riff de clavier accrocheur de Mark Kelly ("Ce que nous avons appelé le synthétiseur virevoltant", dit-il). La chanson sera finalement titrée Incommunicado. Mais, selon Fish, le reste du groupe n’accrochait pas.

Fish : tourner était comme "être au cirque". Souris performantes et tout…

"J'ai toujours aimé The Who, et je voulais faire des trucs plus rock, mais le groupe n'était pas dans ce trip", dit Fish. "Et ils n’étaient pas emballés par Incommunicado. Mais nous l’avons joué à Chris Kimsey et il a dit : C’est ça, c’est le single. J’étais vraiment époustouflé. J'avais l'impression d'avoir un soutien pour ce que je voulais faire."

Cette divergence au sujet d’Incommunicado n’était pas de bon augure pour l’avenir de Marillion. Ce n’était pas non plus le seul point de désaccord. Steve Rothery avait apporté une chanson sur laquelle il travaillait et qui, selon le groupe avait beaucoup de potentiel. Fish a fourni un ensemble de paroles fortes inspirées par ses observations en buvant un soir dans un pub près de la maison de ses parents à North Berwick. La chanson s'intitulait Warm Wet Circles. Mais tout le monde n'a pas été impressionné.

"J'aimais la musique, mais je détestais le fait qu'elle s'appelle Warm Wet Circles", dit Mark Kelly. "Nous ne courions pas après les singles à succès, mais si vous voulez tuer une chanson pour de bon, appelez-la Warm Wet Circles. L’attitude de Fish était du style : Va te faire foutre, je vais faire ce que je veux."

Musicalement, Marillion avait essentiellement abandonné les éléments prog plus traditionnels de leur son. La musicalité enjolivée de Grendel et de The Web était un lointain souvenir, remplacée par une approche plus mature qui ne dérangerait pas les auditeurs radio qui avaient acheté Kayleigh en masse. Mais au niveau des paroles, Clutching At Straws a complètement disparu dans un sombre terrier de lapin.

"C’est un album beaucoup moins optimiste", déclare le guitariste Steve Rothery. "Une partie symbolise la désillusion de Fish - il voulait le succès et il l’a eu, mais cela ne lui a pas apporté le bonheur auquel, je pense, il aspirait."

"C’est un album de poète ivre", dit Fish. "C’est pourquoi la couverture représente Burns, Kerouac et Truman Capote. Tous ces personnages avaient un fort lien l'alcool."

Des pores profondément imbibés d’alcool de Clutching At Straws, de l'hymne au whisky et aux rêves brisés de Slàinte Mhath à Torch Song, dans lequel un médecin proclame solennellement que si le personnage principal n'arrête pas de boire, il "n'atteindra pas 30 ans". Ce dernier a fait référence à la célèbre citation de Jack Kerouac dans "Sur la route" : "Les seuls gens vrais pour moi sont les fous, ceux qui sont fous d’envie de vivre, fous d’envie de parler, d’être sauvés, fous de désir pour tout à la fois, ceux qui ne baillent jamais et qui ne disent jamais de banalités, mais qui brûlent, brûlent comme des feux d’artifice extraordinaires, qui explosent comme des araignées dans les étoiles et en leur centre on peut voir la lueur bleue qui éclate et tout le monde fait Waou !"

"C'était comme : Oh, j'ai un problème d'alcool, je prends trop de drogues, regarde-moi, je suis une rock star, j'ai des problèmes", dit Kelly. "Tout cela était un peu cliché et enfantin. C'était surjoué, ce "Continuez comme ça, vous n'atteindrez pas 30 ans". Il a continué et aujourd’hui il est toujours parmi nous."

Bagarre dans un bar : Le modèle photo pour la couverture de l'album (Crédit d’image : avec l'aimable autorisation de Mark Wilkinson et Janus Van Helfteren)

Le titre de l'album a certainement dévoilé les thèmes primordiaux du disque, faisant référence à la fois à l’alcool et à la cocaïne, ainsi qu'au fait que le groupe était, selon les mots de Fish, "Prêt à tout pour faire un grand album". Le problème était que le groupe ne s'entendait tout simplement plus. Une chanson, That Time Of The Night, a fait remonter les frustrations de Fish à la surface.

"C'était ma lettre de démission : Et si tu me demandes où je vais maintenant, Ma prochaine destination n’est pas si claire que ça", dit-il. "Quelqu'un avait apporté de la coke au studio, j'ai fini par prendre quelques lignes, puis soudain, j'étais dans une chambre, il n'y avait pas d'alcool et je n'arrivais pas à dormir. J'ai en fait écrit la plupart des paroles ce soir-là. Je me sentais vraiment étranger à tout ça."

"Il semblerait que Fish a commencé à détester les choses qu’il aimait faire", dit Rothery. "Il cherchait des personnes à blâmer."

Le baril de poudre a finalement explosé vers la fin des sessions. Une dispute a éclaté et s'est terminée avec Fish lançant un verre de whisky sur le guitariste.

"J'ai piqué une crise, c'est ça", dit Rothery, qui explique que sa relation avec le chanteur se détériorait depuis l'époque de Misplaced Childhood. "J'ai été désarmé pendant 24 heures. Mais je n’étais plus aussi proche de Fish. C'est malheureux, car sur le plan personnel, il y avait une alchimie incroyable entre nous, mais cette amitié semblait se dissoudre progressivement."

Après quelques discussions à la hâte pour faire baisser la tension, le groupe s'est éloigné du point de l'autodestruction, du moins temporairement, mais les dés étaient jetés.

La couverture arrière de l'album du "poète ivre" Clutching At Straws (Crédit d’image : avec l'aimable autorisation de Mark Wilkinson et Janus Van Helfteren)

Si Misplaced Childhood s'est terminé sur une note d’optimisme prudent, tout ça s’est évanoui avec Clutching At Straws. Il était la silhouette voûtée aux yeux rouges assise dans le coin de chaque pub, lançant des regards noirs, essayant de cuver sa gueule de bois de la nuit précédente.

Mais c'était aussi un album étrangement romantique, qui portait la névrose et l’apitoiement sur soi comme un emblème. De temps en temps, comme sur White Russian effroyablement prémonitoire - inspiré par l'élection du président autrichien Kurt Waldheim, malgré les rumeurs d'implication nazie pendant la Seconde Guerre mondiale - il leva les yeux de son verre à moitié vide et regarda le monde dans sa globalité, pour reculer devant ce qu'il a vu.

Musicalement, c’était l’album le plus abouti et le plus mature de Marillion. Les bords tranchants de leurs trois premiers albums avaient été lissées, remplacés par un son qui allait et venait entre l’euphorie et l'introspection. Ils ont probablement encore rassemblé des pièces de puzzle avec un marteau, mais la trame de Warm Wet Circles et le sensible Sugar Mice - inspiré, comme le suggèrent les premières lignes, par un dimanche de pluie dans un Holiday Inn à Milwaukee – annonçait le future post Fish du groupe.

Clutching At Straws est sorti en juin 1987 et a atteint la deuxième place des charts britanniques - une place en dessous de Misplaced Childhood, qui avait atteint la première. Les bouchons de champagne ont sauté, bien que la fête ait été gâchée par l'ambiance au sein du groupe.

"Nous ne nous entendions pas, et au moment où nous sommes partis en tournée, c’était insupportable", dit Fish. "Le tour bus n'était pas un bon endroit pour se retrouver. Nous étions assis chacun dans notre coin, personne ne disait rien. L’esprit de groupe s'était brisé."

Sauf que non, pas tout à fait. Le groupe était bien en train de se fracturer, mais d'un côté il y avait le chanteur et de l'autre, le reste du groupe.

"Je me souviens avoir évité Fish en tournée", dit Kelly. "Il était en mode fête 24h/24. Il disait : Allez, sortons. Vous sortiriez bien, mais il ne vous laisserait pas rentrer. Il vous ferait passer pour un sale bâtard de vouloir vous coucher à 3 heures du matin."

De l'extérieur, on aurait dit que le groupe était sur un nuage. Le premier single de l'album, Incommunicado, avait atteint le Top 10, tandis que Sugar Mice et Warm Wet Circles atteignaient le Top 40. Ils jouaient dans des arènes à travers l'Europe. Mais être membre de Marillion de 1987 à 1988 était comme un grand moment de solitude.

"Chaque soir je montais sur scène et j'avais l'impression de jouer seul", raconte Kelly. "J'étais sur cette grosse estrade loin de tout le monde, et Ian était sur la grande estrade de l'autre côté de la scène. Vous vous retrouvez coupés de tout. À un moment donné, Pete a déclaré : Je crois avoir vu quelqu'un sur la rampe d'éclairage pendant le show. Le manager a dit : Ouais, vous avez 10 personnes là-haut, qui font tourner les choses."

"Nous étions dans une sorte de bulle", ajoute Trewavas. "Nous ne pouvions aller nulle part sans service d’ordre. Nous devions nous enregistrer dans les hôtels sous des pseudonymes. Nous ne pouvions pas aller faire un soundcheck simplement. Cela devait être : Untel va venir vous chercher à tel moment, puis vous allez être conduits à l'arrière du bâtiment, cela va prendre environ 40 minutes. Tout était trop pensé."

Première ébauche de Mark Wilkinson (Crédit d’image : Mark Wilkinson)

"C'était vraiment épuisant", dit Fish. "Nous jouions dans ces salles en béton en Italie avec un son de merde, et j'en avais marre. Vous devez imaginer que tous les soirs je suis en train de chanter à quel point c’est merdique d’être en tournée. C’était une sorte de cercle vicieux. Si j’avais chanté des putains de chansons de ABBA, ça aurait été beaucoup mieux."

Toutes les personnes impliquées disent que le problème aurait pu être résolu s’ils avaient été autorisés à faire une pause des tournées- et les uns des autres. Mais leur management était déterminé à les garder en tournée, au détriment du groupe lui-même.

"C'étaient des personnes qui avaient été mes grands amis", dit Fish. "Nous étions des camarades. Mais nous étions si éloignés les uns des autres. John Arnison aurait dû dire : Partez tous pour un an - Fish, va faire du théâtre, Steve, écris une bande originale de film."

En juin 1988, un an après la sortie de Clutching At Straws, Marillion a joué sur le vélodrome Radrennbahn Weissensee à Berlin-Est devant 95 000 personnes. Cela aurait dû être un triomphe, mais les choses avaient atteint le point de non-retour.

"Le concert a été incroyable", dit Ian Mosley. "Quand nous sommes descendu de la scène, les gens disaient : Je ne l’ai pas vraiment apprécié... C’est alors qu’une alarme a retenti : Si vous n’avez pas apprécié cela, alors c'est que quelque chose ne va pas…"

Un mois plus tard, le groupe était en tête d'affiche du Fife Aid, un concert caritatif peu fréquenté au Craigtoun Country Park à St Andrews organisé par le naturaliste de la télévision David Bellamy. C'était, se souvient Steve Rothery, "Une journée assez lugubre." Ils ne le savaient pas à l’époque - bien qu’ils l’aient peut-être ressenti - mais ça allait être le dernier concert de Fish avec Marillion.

"Les choses commençaient à vraiment mal tourner à la fin de la tournée Clutching At Straws", explique Trewavas. "Après cela, il y avait une sorte de réticence à se réunir pour travailler."

 

Il y a eu une dernière tentative pour sauver la mise. Le groupe a commencé à travailler sur du nouveau matériel dans le garage de Trewavas, avant de finalement décamper vers le château de Dalnaglar, une demeure majestueuse dans le Perthshire, à des kilomètres de la civilisation.

Ensemble mais à part : c'est devenu Fish contre Marillion (Crédit d’image: Marillion avec l'aimable autorisation de Mark Wilkinson)

"Cela a été une terrible erreur", dit Kelly. "Non seulement nous ne nous entendions pas, nous ne voulions pas vraiment être ensemble et nous n'avions nulle part où aller."

"Nous sommes retombés dans la même routine", dit Fish. "C'était les mêmes morceaux qui montaient sur le putain de tableau noir: un bout de Joni Mitchell, un bout de Floyd. Nous étions à nouveau là, dans la même merde."

Un fossé s'est creusé entre ce que le groupe voulait et ce que voulait le chanteur, et aucune des deux parties n'était prête à faire des compromis. "Je ne sais pas s'il pensait que nous ne nous impliquions pas beaucoup sur ses idées", dit Trewavas. "Mais certaines de ses paroles n'étaient pas tout à fait ce sur quoi nous voulions travailler."

La musique que le groupe a enregistrée à Dalnaglar, et lors d'une session précédente à Nettlebed, près de Reading, n’a pas été perdue. Une partie se retrouvant sur les deux premiers albums post-Fish Season's End et Holidays In Eden. De même, les paroles du chanteur réapparaîtront sur son premier album solo, Vigil In A Wilderness Of Mirrors, et sur la chanson titre de l’album suivant, Internal Exile. Mais, comme le dit le bassiste : "Il fallait que quelque chose cède." Ils n’auraient pas à attendre longtemps avant que ça arrive.

Bob Ezrin a été choisi pour produire le prochain album de Marillion. L’Américain, qui avait travaillé sur des disques emblématiques, le Berlin de Lou Reed, le Destroyer de Kiss et The Wall de Pink Floyd, s’est envolé pour le Royaume-Uni pour rencontrer le groupe.

"Bob est venu rencontrer le groupe dans un studio du Surrey", raconte Fish. "Il a dit : OK, jouez-moi ce que vous avez. Et le groupe a joué tous les trucs qu'il avait. Et Bob a dit : Il n’y a pas de chansons ici. Ce ne sont que des brouillons. Après le départ de Bob, le groupe a commencé à dire : Très bien, essayons de coller cette partie avec celle-ci. Et je me suis simplement dit : C'est une putain de perte de temps. J’en ai ma claque."

Le chanteur s'est rendu chez son cousin dans le Wiltshire. "J'ai bu une bouteille de Jim Beam à moi tout seul, et j'étais toujours debout, j'étais tellement stressé et tendu."

Il s'est réveillé le lendemain matin la tête claire et a pris une décision qui allait changer sa vie et celle du groupe. "J’ai écrit une lettre de cinq pages, je l’ai fait photocopier dans un bureau local et j'ai payé un chauffeur de taxi pour la livrer à chacun d’entre eux. Je disais en gros : Soit des changements fondamentaux sont effectués au sein du management et nous nous débarrassons de John Arnison, soit je pars. Ensuite, j’ai reçu un appel téléphonique de la part du management m’annonçant : Le groupe a décidé d'accepter ta démission."

"Fish a dit qu'il voulait 50 pour cent sur toutes les publications et tous les écrits", dit Mosley. "C’est là que ça a dérapé. Tout le monde a dit : C’est allé trop loin."

C'est là que les versions divergent. Mark Kelly dit que Fish s’est entretenu avec le manager du groupe quelques jours plus tard, suggérant qu’il aurait peut-être pris une décision hâtive, ce que Fish réfute. Mais quoi qu'il arrive, le résultat était irréfutable : Fish n'était plus membre de Marillion.

Fish était à bout de souffle…

Aujourd'hui, en prenant chaque membre du groupe à part, tous utilisent le même mot pour décrire les émotions qu'ils ont vécues à la suite du départ de Fish : soulagement.

 

"Parce que les choses étaient devenues trop difficiles", dit Rothery. "Fish n'avait jamais vraiment eu un rapport avec l'écriture de la musique. Nous savions donc que notre identité musicale était toujours là. Nous avions beaucoup de bonnes idées. Peut-être que, un peu naïvement, nous avons pensé que ce serait juste la question de trouver quelqu'un pour le remplacer. Comme si ça allait être aussi simple que ça."

"Le départ de Fish était : OK, cela fait partie du processus", déclare Peter Trewavas. "Ne vous méprenez pas, c’était un gros problème et nous avons dû combler un grand vide. Il nous a fallu beaucoup de temps pour le faire."

La séparation a été amère et désagréable. Des piques ont été échangées dans la presse et il y a eu une affaire judiciaire éprouvante entre les deux parties. Ce serait une décennie avant qu'ils ne recommencent à se parler, à ce moment-là, Fish était à fond dans sa carrière solo et Marillion s'était réinventé avec son nouveau chanteur, Steve Hogarth.

"Nous avons vécu un divorce très public et très moche", dit Fish. "Aujourd'hui, tout va bien. Nous nous entendons tous plutôt bien. Je les considère toujours comme des amis. Mais pour être franc et honnête à ce sujet, aucune des deux parties n'a jamais atteint le succès commercial que nous avons eu dans les années 80. Mais ça ne me manque pas. Je suis beaucoup plus heureux de ma vie actuellement."

Trente ans après, Clutching At Straws se présente comme une épitaphe qui colle étrangement au line-up le plus connu de Marillion dans toute sa gloire acharnée et arrosée. Les grands "et si" qui l’entourent - que se serait-il passé si Fish était resté, et s’ils avaient fait un autre album ensemble - sont à l’origine de nombreux échanges passionnés. Mais au final, tout est hypothétique. À l'instar du feu d’artifice de Kerouac, le line-up de Marillion de l'époque Fish allait s'éteindre de toute façon. Slàinte Mhath, comme on dit au nord de la frontière.

Pour plus d'informations sur Marillion, consultez marillion.com. Les photos intimes du groupe en tournée dans cet article sont tirées de Postcards From The Road de Steve Rothery.

Créé avec Wix.com